Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Transformation et valorisation des déchets agricoles
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Eau et déchets
Sous-sous-thématique d'intervention
Déchets

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays en particulier africains, urbanisation, augmentation des déchets et pauvreté vont de paire. Relever les défis à la fois alimentaire et environnemental nécessite d’investir dans des recherches prenant en compte la fonction nourricière de l’agriculture urbaine dont on constate qu’elle progresse dans bien des régions en développement. En effet, les populations urbaines et périurbaines, notamment la frange la plus pauvre, s’adonnent à cette activité non seulement pour avoir des revenus monétaires par la vente de leurs productions, mais surtout pour s’alimenter elles-mêmes. « Les Niayes » qui approvisionnent Dakar en légumes frais à hauteur de 40 %, comptent 3000 exploitations dont 90 % sont de très petites structures familiales, trop souvent en économie de survie. D’autant plus que la nature des sols, sableux, pose le double problème d’absence de terre et de leur fertilisation et amendement. Parallèlement les intrants, non subventionnés, ont vu leur prix s’envoler et le phénomène continue ; de plus, ces engrais chimiques acidifient le sol, avec un risque non négligeable de pollution des nappes qui sont proches. Voisine des Niayes, la décharge de M’Beubeuss devrait être prochainement fermée (décision jusqu’ici non effective faute d’alternative) pour cause de saturation et de problèmes environnementaux (pollution de la nappe phréatique, nuisances…) ; elle constitue néanmoins une réserve de « terreau » qui, traitée, pourra être commercialisée et utilisée dans l’agriculture. « En quoi et comment le gisement organique de M’Beubeuss peut-il être une alternative pour l’amélioration de la production maraîchère et la gestion de la fertilité des sols indispensable à une agriculture durable ? », telle est la problématique de M. Mossa N’Diénor, chercheur et coordinateur du projet. Beaucoup d’hypothèses ont déjà pu être vérifiées par le travail de thèse effectué à Antananarivo où une filière a été mise en place afin de substituer des déchets urbains valorisés aux intrants et pallier l’insuffisance du fumier bovin utilisé traditionnellement.
Historique
Objectif du partenariat
Contribuer à l’amélioration et l’augmentation de la production agricole en substituant les déchets urbains organiques aux intrants ; favoriser l’assainissement de l’environnement urbain ; créer des emplois chez les plus pauvres autour de la valorisation des déchets ; encourager le renforcement des liens entre l’agriculture et la ville.
Description détaillée du partenariat
- En année 1 : compréhension du fonctionnement de l’agriculture péri-urbaine de Dakar (atouts et contraintes), cartographie, analyses des déchets (qualité agronomique, impact environnemental), identification des exploitations capables de participer à l’expérience et de valoriser des déchets, travail en « stations » expérimentales (parcelles) et laboratoire – 4 mois plus 1 mois d’exploitation des résultats, mise en place de la campagne d’expérimentation, interprétation et analyse des résultats – de 5 à 6 mois selon le cycle de la plante retenue.
- En année 2 : seconde campagne avec analyse de la représentativité du résultat, affinement des enquêtes et analyses de la première année.
- En année 3 : mise en place d’une filière de déchets urbains :traitement, commercialisation.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Bénéficiaire(s)
Maraîchers pauvres des Niayes ; plus globalement population de Dakar ; tout acteur, scientifique ou économique, intéressé par les résultats de la recherche-action

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Conseil régional de Dakar Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional d'Ile-de-France commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 0 0 2007
Conseil régional d'Ile-de-France 35000 0 2007
ADEME (40000) ; CG Val d'Oise (5000) ; etc. 48897 2007




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Aucune politique d'évaluation n'a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013