Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Pristina"

Correspondant coopération décentralisée
Josiane BAYLAC
Courriel : josiane.baylac[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Josiane BAYLAC
Courriel : josiane.baylac[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Le Parc National du Shar, outil de développement du territoire en zone de montagne
Année de première signature de la convention
2012
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2012
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Contexte

Dans les Balkans et au Kosovo en particulier

Depuis la fin du conflit et malgré le soutien de la communauté internationale, la République du Kosovo reste un des pays les plus pauvres d’Europe et peine à se sortir d’une situation économique difficile. La population, jeune et dynamique (la moitié de la population du Kosovo a moins de 25 ans), touchée par le chômage, a du mal à imaginer un avenir professionnel dans son propre pays. Mais de façon concomitante le manque d’emplois dans les pays d’accueil se fait sentir alors que le montant des fonds injectés dans l’économie kosovare baisse d’année en année. A tout cela s’ajoute le départ progressif des forces de maintien de la paix, véritable manne financière pour les commerces locaux

La protection de l’environnement passe au second plan
Dans cette conjoncture difficile, la protection de l’environnement n’est pas une priorité pour les habitants des vallées de montagne. Le contexte d’après-guerre et le manque de volonté voire la complaisance des autorités locales ont conduit à un laisser-faire qui va à l’encontre de l’intérêt des populations à moyen et long terme. Ceci dit, hormis quelques points noirs connus de tous, d’un point de vue environnemental la situation est encore satisfaisante et la biodiversité exceptionnelle !

Des enjeux cruciaux au delà de l‘aspect environnemental

D’une extrémité à l’autre du massif, toutes les cultures des Balkans sont représentées : albanais et serbes mais aussi bosniaques et gorani (macédoniens musulmans), roms, turcs et ashkalis. Les populations cohabitent avec plus ou moins de facilité et la situation reste fragile tout en s’améliorant d’année en année. A terme, le Parc peut jouer un rôle crucial dans cette dynamique par des actions telles que la formation et surtout la promotion du territoire.
Se rassembler autour d’un projet commun de développement économique local, profitable à tous, pourrait renforcer les liens entre les municipalités et les populations de différentes communautés. Le temps est certainement venu de mettre en mouvement et en synergie les différents acteurs vivants sur le territoire pour la valorisation des remarquables ressources naturelles et humaines.

Un espace transfrontalier

De part et d’autre du massif, les relations familiales et commerciales n’ont jamais cessé, même pendant les conflits: les capitales des deux régions, Tetovo en Macédoine et Prizren au Kosovo ne sont distantes que de 30 kilomètres à vol d’oiseau. Versant macédonien, un Parc National est en projet depuis plusieurs années. Faute d’une communication suffisante, il se heurte à l’hostilité de la population. La démarche entreprise au Kosovo pourrait être reprise sur le versant macédonien et aboutir très logiquement à un espace protégé transfrontalier. De même, son extrémité sud ouest, frontière avec l’Albanie, est en cours d’intégration dans le périmètre du Parc.
Nous nous permettons de rappeler ici que nous connaissons particulièrement bien le versant macédonien à la suite des projets menés de 2007 à 2009 avec Tetovo, pendant lesquels le transfrontalier a toujours été présent en toile de fond. D’ailleurs les actions de promotions ne se limiteront pas au seul massif ni au seul Kosovo mais engoberont les deux pays limitrophes, l’Albanie et la Macédoine.

Un Parc National en quête d’identité

Créé en 1986, c’est actuellement le seul territoire protégé du Kosovo. Dès sa création ses missions n’ont pas été clairement définies et il souffre d’un manque de reconnaissance dans un contexte économique particulièrement difficile. Pour tout dire il est pratiquement invisible et peu impliqué dans la vie locale. Il est pourtant dirigé par une équipe motivée mais isolée. Cette dernière travaille sans véritable méthode globale qui permettrait de réaliser ce qui devrait être les objectifs d’un Parc: protection de l’environnement, conservation de la biodiversité, aménagement des espaces, développement local et social. Cette démarche est d’autant plus importante qu’un autre Parc National est en cours de mise en place, dans la région de Peja, au sud ouest du Kosovo. En fait, la population n’a jamais été consultée et considère le Parc National comme une source de contraintes sans contreparties. Soulignons par ailleurs qu’une démarche participative de la population conditionne de plus en plus l’obtention de financements au niveau international.
Un audit sur le fonctionnement actuel du Parc mettra en évidence ses atouts et ses faiblesses et débouchera sur un projet de territoire accompagné d’un plan d’action à court et moyen terme. Une action concrète telle que la présence sur le Salon Destinations Nature à Paris positionnera le Parc comme un acteur avec lequel il faut compter.
Dès le démarrage du projet avec la municipalité de Prizren, le Parc s’est impliqué par la mise à disposition de son responsable tourisme, Bekim Bytyqi. Ce dernier a suivi l’ensemble des actions précédentes et a participé activement au voyage dans les Hautes Alpes en septembre 2011.

Un tourisme existant mais localisé

La station de ski de Brezovica a été une des plus renommées des Balkans et reste très fréquentée malgré des équipements vieillissants. Des projets de réhabilitation et d’extension existent mais tardent à voir le jour. Tout au long de la route entre la station et Prizren de nombreux hôtels et restaurants accueillent en été une clientèle locale venue prendre le frais, essentiellement le week-end. Quant au col de Preval, il a été aménagé sans plan d’ensemble. On peut espérer qu’une fois les travaux terminés, une opération de réhabilitation permette au site de retrouver un semblant d’harmonie.
Les villages de montagne restent à l’écart de ce flux touristique tout en ayant un fort potentiel de développement. Plus de la moitié des maisons, construites par la diaspora, sont vides une grande partie de l’année mais il reste quand même une vie animée et une population qui ne demande qu’à travailler !

Les acteurs locaux et internationaux

Dans ce contexte d’après-guerre et de tension ethnique au cœur de l’Europe, nombreux sont les Etats et ONG qui conduisent des programmes de coopération avec le Kosovo, ainsi que l’Union Européenne. Le tourisme ayant été identifié comme une des activités économiques susceptibles de se développer, de nombreuses d’actions sont menées dans le domaine du balisage de sentiers, formation de guides, brochures, etc. L’utilité de ces actions n’est pas à mettre en doute mais tout cela se fait sans concertation.
Fort de ce constat un groupe de travail a vu le jour dans le massif de Shar. Il se compose du Parc National, des municipalités, du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), de l’organisme de coopération de l’état allemand GIZ, de l’ONG Arbeiter Samariter Bund (ASB) et enfin du CRET. L’approche particulière du CRET basée sur une expérience de terrain, la connaissance du marché, des attentes de la clientèle ainsi qu’une forte implication dans le domaine des métiers sportifs de la montagne intéresse fortement nos partenaires qui n’ont pas forcément ce savoir-faire. Les actions de promotion et de formation programmées se feront donc en collaboration avec le PNUD et ASB (voir les actions).

Formations aux métiers sportifs de la montagne

Comme exposé précédemment, de multiples actions ont été conduites dans ce domaine sur l’ensemble des massifs du Kosovo. Les apports techniques portant sur la sécurité et sur les connaissances générales sont bons. Par contre, ils n’insistent pas assez sur les demandes de la clientèle et ses habitudes en fonction de sa nationalité. Tout cela est mis en place en dehors de toute concertation entre maîtres d‘œuvre ni reconnaissance au niveau national. Une action de formation axée sur la professionnalisation se tiendra à l’automne. Elle ne sera pas destinée uniquement aux personnes formées dans le massif de Shar, trop peu nombreuses, mais au niveau national.
Un séminaire sur l’encadrement des activités de pleine nature sera organisé en mai avec le soutien du projet de coopération décentralisée France Balkans porté par le Conseil Régional Auvergne. La thématique de la formation à ces activités a été identifiée comme étant commune à tous les pays des Balkans au même titre que le manque de coordination des actions entreprises. De plus la plupart de ces formations se font en dehors de tout cadre officiel et donc sans reconnaissance nationale ou internationale. Cette opération permettra de croiser les expériences, de fournir les informations telles que celles souvent négligées relatives à la responsabilité des professionnels et des employeurs face à un manquement de sécurité.

Promotion

L’image du Kosovo en Europe de l’Ouest n’étant pas vraiment celle d’une destination de vacances, il est indispensable d’engager des actions visant à promouvoir le pays et en particulier la région Sud Ouest comme destination touristique à part entière. L’attente est forte dans les villages pour des actes concrets qui enclencheront une dynamique locale.

Historique
Historique

Les Hautes Alpes dans les Balkans, une cohérence géographique et thématique

Le département des Hautes Alpes s’intéresse à la région des Balkans depuis 1999. Des projets de coopération ont été menés en Bulgarie jusqu’en 2005 et en Ancienne République Yougoslave de Macédoine (municipalité de Tetovo) jusqu’en 2009. En 2010 et 2011, le département s’est engagé dans une action de coopération avec la municipalité de Prizren au Kosovo. Nous sommes donc bien dans une logique géographique à l’échelle du territoire des montagnes de Shar - Prizren et Tetovo sont situées au pied des deux versants de ce massif - et dans une logique de projet, le développement du tourisme de montagne. Séparées par moins de trente kilomètres à vol d’oiseau, les deux régions ont historiquement toujours eu d’étroites relations commerciales et culturelles, comme en témoignent les anciennes voies de communication traversant le massif et reliant les deux villes.
Travailler à l’échelle du massif permet de travailler à l’échelle d’un territoire d’une taille raisonnable avec quatre communes impliquées.

L’implication du Parc

Dès le démarrage du premier projet avec la municipalité de Prizren, le Parc s’est impliqué par la mise à disposition partielle du responsable tourisme, Bekim Bytyqi. Ce dernier a suivi l’ensemble des actions précédentes et a participé activement au voyage dans les Hautes Alpes en septembre 2011. Initiée par le directeur du Parc, M Hazer Dana, une réunion à l’automne 2011 avec M Ilir Morina, Directeur de l’Environnement au Ministère de l’Environnement et de l’aménagement du territoire a confirmé au plus haut niveau l’intérêt du gouvernement kosovar pour le projet et les actions envisagées.


Objectif du partenariat
Objectifs du projet : finalité générale

Engager le processus qui permettra au Parc National de Shar de trouver sa place sur le plan local mais aussi au niveau international

Les objectifs spécifiques du projet 2012 peuvent être formulés comme suit :

Objectif 1 Elaborer un plan d’action visant à renforcer le Parc National de Shar en redéfinissant son fonctionnement et son rôle dans le contexte social et culturel du Kosovo.

Objectif 2 Montrer par la mise en place d’actions de promotion et de communication que le Parc est un outil de développement au service de l’environnement et de la population.

Objectif 3 Professionnaliser l’encadrement des sports de pleine nature, gage d’un développement durable des activités.


Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2011
DESCRIPTION DU PROJET

Résumé
Depuis 2007, le département des Hautes Alpes mène des projets de coopération décentralisée de part et d’autre du massif montagneux de Shar, frontière naturelle entre l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine et la République du Kosovo. Sur son versant kosovar, le Parc National de Shar est depuis le début un partenaire fiable et motivé. Devant les difficultés rencontrées au quotidien à tous les niveaux par l’équipe du Parc ses responsables ont souhaité être impliqués plus fortement dans les projets futurs. Le Parc National de Shar est ainsi devenu le partenaire officiel du projet pour les trois prochaines années, durée de l’engagement du Conseil Général. L’objectif de cette première année est de mettre à plat son fonctionnement et d’organiser des actions de formation et de promotion, concrètes et visibles. Plus généralement, la région est d’autant plus intéressante et stratégique que toutes les cultures et religions y sont représentées. Le Parc a la possibilité de rassembler l’ensemble des acteurs autour d’un projet commun de territoire basé sur le développement d’un tourisme qui profite à tous.
L’année 2011 a également permis de renforcer les liens entre le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’ONG allemande Arbeiter Samariter Bund (ASB). Un groupe de travail a été créé avec pour objectif la mise en place d’un réseau d’informations croisées sur les actions menées par chacune des structures de manière à identifier les compétences et éviter les doublons.
L’approche spécifique du CRET basée sur l’expérience de terrain, la connaissance du marché, des attentes de la clientèle ainsi qu’une implication reconnue dans le domaine des métiers sportifs de la montagne intéresse beaucoup nos partenaires qui n’ont pas nécessairement ce savoir-faire.
S’agissant de la promotion, la présence d’un stand Kosovo – Macédoine au Salon Destinations Nature à Paris fin mars 2012 fait l’unanimité, avec un engagement financier important du Ministère de l’Environnement du Kosovo. Les demandes de la clientèle et des agences justifient l’extension du projet au delà du seul massif du Shar, lequel sera tout de même mis en avant. Cet évènement sera médiatisé aussi bien en France que localement, valorisant ainsi le projet, la destination et apportant la preuve aux macédoniens et kosovars que le secteur du tourisme de nature est bien une activité économique d’avenir. Il est important de convaincre au plus vite les acteurs locaux (élus, population, entreprises, ONG, …) que le Parc est porteur d’un projet de territoire. Il se traduira par la mise en œuvre d’actions concrètes de terrain destinées à préserver et promouvoir le patrimoine naturel et bâti local avec à la clef des créations d’emploi et une amélioration du cadre de vie.
L’audit sur le fonctionnement du Parc, demande prioritaire de la part de l’équipe dirigeante, débouchera inévitablement sur la mise en place d’actions de formation qui seront programmées en 2013 et 2014. Dans l’attente, il est prévu en 2012 une conférence- atelier de travail sur l’encadrement des activités de pleine nature, en collaboration avec le projet France – Balkans piloté par le Conseil Régional Auvergne. Le thème intéresse l’ensemble des Balkans, bien que des formations existent déjà, parfois plusieurs dans un même pays, sans coordination entre elles et sans que les Etats concernés en soient toujours informés.



- Donner au Parc National de Shar les méthodes et les outils qui lui permettront de trouver et prendre sa place sur son territoire
Objectif de l’action : L’objectif de cette première année est de mettre à plat le fonctionnement du Parc et de planifier des actions qui vont lui permettre à moyen terme de se positionner localement, nationalement et internationalement comme un partenaire sur lequel on peut compter, notamment grâce à des actions de formation et de promotion.
Description sommaire : Le chargé de mission du CRET connait bien le territoire des communes de Prizren et de Dragash pour y avoir travaillé en 2010 et 2011. Il reste à poursuivre le travail d’inventaire du potentiel sur le territoire dans communes de Suhareka et Strepce. Dans le même temps un travail de fond sera fait pour mesurer la perception du Parc à la fois en interne (sous la forme d’entretiens individuels) mais aussi dans les villages. Il ne s ‘agit pas d’organiser des réunions publiques mais plutôt de rencontrer des personnes référentes.
Le coordinateur est tout trouvé en la personne de Bekim Bytyqi. En effet, non seulement il a participé de près aux deux missions précédentes, il est venu dans les Hautes Alpes lors d’un voyage d’étude en septembre 2011 mais parallèlement il suit une formation de guide. Il s’agit d’un poste clef pour assurer la bonne conduite du projet puisque le coordinateur est à la fois le relais sur le terrain du chargé de mission, l’interlocuteur des acteurs locaux et un « formateur de formateurs » potentiel.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Parc National du Shar
Maître(s) d'ouvrage
Conseil général des Hautes-Alpes
Bénéficiaire(s)
Bénéficiaires du projet Le premier bénéficiaire est le Parc National de Shar en tant qu’institution et, l’ensemble de la population de son territoire

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Parc National du Shar Kosovo commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Parc National du Shar Hazer Dana pnsharr@hotmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil départemental des Hautes-Alpes commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Parc National du Shar


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 55 0 2012
Conseil départemental des Hautes-Alpes 20150 0 2012
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 11500 2012
, Parc National du Shar, Eurotourist, Parc Régiona 14525 2012




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013