Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Cotonou"

Correspondant coopération décentralisée
Lara GILMAN
Courriel : lara.gilman-ancb[at]hotmail.com
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Jean-Michel KASBARIAN
Courriel : jean-michel.kasbarian[at]diplomatie.gouv.fr

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Lomé"

Correspondant coopération décentralisée
Antoine BOUDOU
Courriel : antoine.boudou[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Gilles GANIVET
Courriel : gilles.ganivet[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Accompagnement de la résilience et de la relance de la région Centrale (Togo) et des départements du Borgou et de l’Alibori (Bénin) pendant et après la crise COVID-19
Année de première signature de la convention
1987
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Santé
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Education, Social et Recherche Education, emploi, formation professionnelle 1
Education, Social et Recherche Jeunesse & genre 2
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2021
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2021
Contexte
La crise sanitaire mondiale de la COVID-19 constitue un choc exogène sur l’économie dans son ensemble, aussi bien sur la demande que sur l’offre de biens et services. A court terme, les effets de la pandémie se manifestent en termes de perte de vies humaines, de revenu, d’insécurité alimentaire, de baisse de l’emploi et des moyens de subsistance. A titre d’exemple, les confinements et les restrictions à la circulation des biens et des personnes ont sérieusement nui aux chaînes d‘approvisionnement alimentaires à leurs différents stades : production, consommation, commercialisation et accès au marché. A moyen terme, les conséquences de la crise affectent non seulement la hausse et persistance du chômage, les finances publiques en termes de baisse de recettes, de hausse des dépenses et de la dette publique, mais aussi l’accès aux services sociaux de base, la santé, l’éducation au niveau national ou local au Togo comme au Bénin.
Une analyse récente du PNUD au Bénin indique que, selon les premières estimations du FMI (mai 2020), le taux de croissance économique devrait reculer à 3,5%, voire 2,5%, largement inférieur aux prévisions antérieures de 6,7%. La crise pourrait anéantir les avancées enregistrées en matière de développement et des progrès sur le sentier des Objectifs de Développement Durable. Avec un taux de pauvreté national estimé à 38,2% en avril 2020 et une couverture en protection sociale de l’ordre de 8%, il est probable que la crise actuelle, si elle persiste et si elle ne bénéficie pas d’un plan de relance adéquat, risque de creuser la situation des inégalités et de pauvreté au sein de la population.
Un rapport de la Banque mondiale (septembre 2020) revoit à la baisse les projections de croissance du Togo en 2020. Les commerçants ne sont pas les seuls affectés par cette situation. Toute l’économie togolaise est paralysée. Les petites et moyennes entreprises ont été particulièrement touchées. Selon le rapport, elles sont 41 % dans le secteur agricole et agro-industriel à avoir enregistré une baisse de leurs ventes de l’ordre de 75 à 100 %. La pauvreté et les inégalités restent très élevées, surtout dans les zones rurales où 69% des ménages vivaient en dessous du seuil de pauvreté en 2015.
En parallèle des mesures d’urgence déployées par les gouvernements togolais et béninois au niveau sanitaire pour contenir la propagation du virus, des stratégies de relance d’ordre social, économique et financier sont plus que nécessaires pour atténuer les chocs sur l’ensemble des populations.
Historique
Depuis 2007, la Région Grand Est a fait du développement local un des axes prioritaires de sa politique de coopération décentralisée avec la Région Centrale au Togo et les Départements du Borgou et de l’Alibori au Bénin. Plusieurs programmes favorisant le développement inclusif et durable ont été soutenus par le MEAE, prenant en compte différents facteurs comme la sécurité alimentaire à travers des systèmes de production respectueux de l’équilibre environnemental, la réévaluation de place de la femme dans le système de production économique et de la formation professionnelle en cohérence avec la politique des Etats concernés et répondant aux Objectifs de Développement Durable. A titre d’exemple, nous pouvons citer :
– L’amélioration de l’aviculture villageoise féminine (2011),
– La structuration des filières agricoles financée en 2015 par la Région Grand Est au profit de des coopératives agricoles dans lesquelles les femmes étaient très engagées ;
– L’appui à l’autonomisation économique de la femme en milieu rural par la diversification des productions agricoles dans la Région Centrale (2016-2018) ;
Ce dernier projet a été mis en valeur par le MEAE à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes. Ces projets ont notamment permis d’obtenir des acquis intéressants qu’il convient aujourd’hui de capitaliser. Ils ont suscité d’ailleurs de l’intérêt chez d’autres organisations féminines porteuses de nouveaux besoins ; ce qui a conduit la Région Grand Est et ses partenaires à développer une nouvelle action favorisant la promotion de l’égalité femmes-hommes par le développement socioéconomique au bénéfice des femmes de la région Centrale (2019-2021) ; et l’insertion économique des jeunes femmes au Togo et au Bénin en renforçant leur employabilité et leur autonomie (2020-2021).
Parallèlement à ces projets développés avec le soutien financier du MEAE, la Région Grand Est finance directement, des projets de soutien aux systèmes de la sécurité sanitaire. On peut citer dans ce cas :
– Le projet d’appui en matériel médical aux Centres Médicaux de Santé (2018-2019) ;
– Le projet de structuration d’un réseau de soins dans le domaine de l’optique et renforcement des premiers soins de secours au bénéfice des populations béninoise et togolaise (2019-2021)
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
- Limiter la propagation de la COVID-19 et sensibiliser les populations locales sur la vaccination
- Renforcer l’insertion professionnelle et l’auto-entreprenariat des jeunes
- Favoriser la prise de conscience des femmes sur l’approche genre et son rôle dans le développement social et économique

Objectifs en France :
- Transfert et valorisation des savoirs de nos acteurs et actions de solidarité et co-développement
- Transmettre nos modèles de croissance économique et de sécurité sociale pour soutenir un développement local résilient, inclusif et durable.
Description détaillée du partenariat
Ce projet vise, d’une part, à soutenir la politique de protection et de lutte contre la propagation de la COVID-19 aux côtés des autorités sanitaires locales et de renforcer l’accès aux systèmes de santé des populations vulnérables de la Région Centrale et des départements du Borgou et de l’Alibori. D’autre part, le projet appuie la résilience et relance socio-économique, à travers son soutien aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et en faveur de l’auto-entreprenariat des jeunes, tout en mettant l’accent sur le renforcement des bases de l’égalité femme-homme.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional du Grand Est, Départements de l’Alibori et du Borgou, Région Centrale
Bénéficiaire(s)
En France les bénéficiaires du projet seront les partenaires sollicités, principalement l’association GAMIA. Dans les pays partenaires, ce seront les populations togolaises et béninoises de façon générale, et plus particulièrement les personnels de santé des centres de santé communautaire, les membres des coopératives concernées et leurs familles respectives, ainsi que les jeunes femmes et hommes spécifiquement appuyés par l’action 3 et 4 qui seront les premiers bénéficiaires.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Région Centrale Togo commun.ico.loupe.alter
Départements de l’Alibori et du Borgou Bénin commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Départements de l’Alibori et du Borgou Mama Cissé Djibril Préfet du Borgou prefectureparakou@yahoo.fr
Région Centrale Anakpa Mani Préfet de Mô p.bonheur67@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional du Grand Est commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 59000 2021
Conseil régional du Grand Est 38000 2021
Collectivités et partenaires étrangers 19500 2021
Gamia 2000 2021
Grand Est Solidarités et Coopérations pour le développement (Gescod) 2000 2021




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013