Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Bamako"

Correspondant coopération décentralisée
Emma COQUARD
Courriel : emma.coquard[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Nadege CHOUAT
Courriel : nadege.chouat[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Lutte contre l'épidémie de COVID-19 au Mali. Appui à la mise en place d'un plan de riposte dans le cadre de la coopération décentralisée entre les villes de Bordeaux et de Bamako.
Année de première signature de la convention
2000
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Santé
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2020
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2021
Contexte
Bamako (3 millions d’habitants en 2020 et 5 millions en prévisionnel pour 2030) est érigée en District et divisée en six communes dirigées par des maires élus.
Bamako s’étend d’Ouest en Est sur 22 kms et du Nord au Sud sur 12 kms avec une superficie de 267 kms. Elle est un trait d’union entre la part sud humide et la nord sèche de la sous-région ouest africaine. Conséquence : une forte croissance démographique qui s’explique par le flux de la population migrante majoritairement jeune.

Bamako abrite les 3 hôpitaux de référence et le Centre National de Transfusion Sanguine, l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako qui regroupe la Faculté de Médecine et d’Odonto-stomatologie, la Faculté de Pharmacie, la Faculté des Sciences et Techniques et l’Institut des Sciences Appliquées.

Bamako se caractérise par la précarité de son système de Santé en matière de prévention face à la pandémie de coronavirus.
Selon les indications publiées par le Ministère malien de la Santé et des Affaires Sociales, les facteurs essentiels pouvant favoriser l’introduction de la maladie sont les suivants :
- le nombre élevé des voyageurs en provenance de l’Asie, en partance pour cette destination ou en transit au Mali,
- la faible connaissance des acteurs de la santé sur le COVID-19,
- la situation sécuritaire.
Les risques de propagation en cas d’introduction existent également compte tenu des facteurs suivants :
- la faible connaissance des acteurs de la santé sur le COVID-19,
- la transmission interhumaine du COVID-19,
- la faible capacité des tests diagnostiques au niveau central et périphérique.

Pour rappel : pour lutter contre l’épidémie à virus Ebola entre 2013 et 2014 : un seul centre de diagnostic à Bamako. Sur ce volet, les structures universitaires ont été d’un apport inestimable dans la lutte de ces maladies et celle des épidémies à Virus Ebola et le nouveau coronavirus.
Défi majeur à relever : l’offre de santé à une population démunie et de plus en plus croissante sachant que les pathologies les plus fréquentes sont celles infectieuses et qui constituent des préoccupations sanitaires mondiales telles que le paludisme, la tuberculose et le SIDA. Malgré les efforts fournis pour contrôler ces 3 grandes maladies, il y a 30% de fièvre d’origine inconnue qui serait due à l’insuffisance d’un plateau technique de diagnostic. Et c’est le cas du Mali
Historique
La raison d’être de ce projet
Les maladies à potentiel épidémique sont dues aux pathogènes inféodés aux animaux et qui pourraient être transmis, passent par des réservoirs (tiques, moustiques, rats, etc..) selon leur proximité avec l’Homme. Or, depuis sa création en 1956, la ville de Bamako (comme toute autre ville africaine) a une zone suburbaine à tendance rurale et qui fournit les populations de la capitale en aliments (viande, légumes, fruits et laits) et autres commodités.
Cette périphérie suburbaine semi-rurale constitue un espace de vie idéal où l’Homme peut s’infecter et peut devenir une potentielle source de propagation de maladie anthropo-zoonotique. C’est ainsi que, depuis 2014, le laboratoire porteur de ce projet en collaboration avec le Centre National d’Appui à la Maladie a évalué la prévalence de certaines maladies zoonotiques à Bamako. Il ressort de cette étude que la brucellose et la toxoplasmose sont présentes dans la ville de Bamako avec une prévalence moléculaire (par PCR) respective de 48,6% et 23,9%. Ces 2 maladies sont à l’origine des avortements chez la Femme.
De ces données, le laboratoire porteur de ce projet a mis en place une unité d’analyse de maladies zoonotiques. il a bénéficié d’un appui technique et financier de l’ONG SPANA (qui s’occupe de la santé des animaux de trait comme les ânes et les chevaux) dans le diagnostic de la grippe équine pour la caractérisation du virus et sa potentielle transmissibilité à l’Homme. Il est considéré comme le laboratoire de référence pour les virus de Lassa, de Dengue et de Zika.
Le chemin parcouru par l’institution scientifique porteur du projet
En 2014, le laboratoire de biologie moléculaire de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako en collaboration avec le Centre National d’Appui à la Maladie évalue la prévalence de certaines maladies zoonotiques à Bamako.
En 2019/2020 : le laboratoire de biologie moléculaire appliquée de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako assure les travaux de diagnostic de la flambée de la fièvre hémorragique de Crimée- Congo dans la région de Mopti.
La légitimité de l’Institution porteur du projet
Le Laboratoire fait partie des laboratoires de référence pour le diagnostic de Covid-19. A ce jour le Laboratoire teste en moyenne 100 échantillons de Covid-19 par jour venant du Ministère de la Santé selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
La poursuite de ce chemin ainsi que la crédibilité du laboratoire au travers de ces différents travaux et publications constituent deux garants majeurs de la viabilité du projet présenté
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
Evaluer le niveau d’exposition des donneurs de sang aux pathogènes à potentiel épidémiologique notamment le SARS-CoV-2 dans la ville de Bamako au CNTS et cela par une étude séro-épidémiologique.
Diagnostiquer tout pathogène impliqué dans une épidémie dans la ville de Bamako par la mise en place d’équipement de séquençage et d’installation de niveau de sécurité 3 pour manipuler le SARS-CoV-2 et d’autres pathogènes à potentiel épidémiologique.
Favoriser des échanges au niveau académique pour la formation du personnel de laboratoire et d’étudiants dans le cadre de Master et de doctorant à Bordeaux. Les formations impliquent des missions croisées amenant les personnels maliens en formation au sein des unités IRD en France, et des personnels techniques et de recherche de laboratoires de Bordeaux au sein de la structure mise en place au Mali.

Objectifs en France :
La mobilisation des Institutions et acteurs locaux : Préfecture, Région, Département, CHU, services académiques, Agence régionale de santé autour de 3 trois axes essentiels : ralentir l’épidémie et prendre en charge les plus vulnérables, s’organiser pour affronter la crise et s’adapter pour que le pays continue à vivre,
La feuille de route pour préparer l’HOPITAL à faire face à une évolution de l’épidémie. A noter qu’au plus haut de la crise en France, 3 CHU étaient mobilisés en première ligne (Bordeaux, Poitiers et Limoges), 14 centres hospitaliers en seconde ligne et une augmentation 10 % des capacités d’accueil dans tous les autres hôpitaux.
La dimension internationale de l’épidémie de Covid-19 le Coronavirus. Nécessaire collaboration entre médecins et chercheurs du Nord et les pays à ressources limitées d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud.
Description détaillée du partenariat
Au Mali, la pandémie de Coronavirus a mis en évidence la fragilité du système de santé en termes de diagnostic, de prise en charge des malades et surtout la surveillance épidémiologique.
Ce projet vise deux objectifs principaux :
- appuyer la ville de Bamako à confiner le SARS-CoV-2 apparu dans le District en mars 2020 d’une part, et d’autre part préparer la ville de Bamako pour les prochaines maladies à potentiel épidémique. Un Plan de riposte, à cet effet, sera élaboré,
- établir une coopération dans les domaines de la formation, de la recherche technique et scientifique entre l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako, le Collège des Sciences de la Santé de l’Université de Bordeaux et de la ville de Wuhan dans le cadre de son jumelage avec Bordeaux.
en partenariat avec le Laboratoire de biolologie moléculaire.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
LABORATOIRE DE BIOLOGIE MOLECULAIRE APPLIQUEE
Maître(s) d'ouvrage
Bordeaux, MAIRIE DU DISTRICT DE BAMAKO, MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES DU MALI
Bénéficiaire(s)
• la ville de Bamako, le Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée (Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako) et le Centre National de Transfusion Sanguine (Ministère en Charge de la Santé), • le Département des Opérations d’Urgence de l’Institut National de Santé Publique (Ministère en charge de la Santé), • les jeunes chercheurs doctorants maliens et bordelais. Octroi de bourses de thèse, si possible en double appartenance et alternance France-Mali.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
MAIRIE DU DISTRICT DE BAMAKO Mali commun.ico.loupe.alter
MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES DU MALI Mali commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
MAIRIE DU DISTRICT DE BAMAKO KOITA Ousmane Professeur et Directeur du Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée ousmane.koita@lbma.edu.ml
MINISTERE DE LA SANTE ET DES AFFAIRES SOCIALES DU MALI KOITA Ousmane Professeur et Directeur du Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée okoita@icermali.org

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Bordeaux commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 50267 2020
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 50267 2021
Bordeaux 17800 2020
Bordeaux 17800 2021
Collectivités et partenaires étrangers 16150 2020
Collectivités et partenaires étrangers 16150 2021




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013